Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTES DE PAIX EN TEMPS DE GUERRE

Un monument vient d’être inauguré par le Président de la République en terre d’Artois

Comme l’avait imaginé le caporal peyriacois Louis Barthas dans ses carnets de guerre , un monument dédié aux fraternisations entre soldats « ennemis » a vu le jour à Neuville Saint Vaast, 100 ans après ces événements.

« Qui sait ! Peut-être un jour, sur ce coin d’Artois, on élèvera un monument pour commémorer cet élan de fraternité entre des hommes qui avaient l’horreur de la guerre et qu’on obligeait à s’entre-tuer malgré leur volonté. »

C’est le vœu qu’exprimait le caporal Louis Barthas après avoir décrit le 10 décembre 1915 ce singulier spectacle: « deux armées ennemies face à face sans se tirer un coup de fusil » (1)

Ces soldats qui osèrent poser leurs armes durant une trêve pourtant éphémère furent longtemps considérés comme des rebelles pour l’armée française et les autorités de l’Etat.

C’est le film de Christian Carion en 2004 « Joyeux Noël » qui révéla au grand public ces actes de poilus qui du fond de leurs tranchées exprimèrent dans un climat d’affrontement sans merci « un désir de paix et de rapprochement entre les peuples ».

Le projet de monument porté par l’association « Noël 14 », et Christian Carion, a failli être abandonné . Il fut relancé grâce à l’aide de la communauté urbaine d’Arras et son président Philippe Rapeneau.

L’idée d’un monument avait déjà été proposée le 11 novembre 1992 par Marie Christine Blandin, alors Présidente du Conseil Régional du Nord Pas de Calais, en conclusion de son discours célébrant l’armistice.

Elle se heurta à une franche hostilité. Dans le Minervois, c’est à l’initiative de notre ami Emile Taillandier, du Mouvement de la Paix, que fut mis en place en 2017 une association: « les amis du caporal pacifiste Louis Barthas » afin de perpétuer les valeurs humanistes que ce témoin direct des tueries avait su exprimé avec soin et conviction dans ses carnets de guerre.

La stèle érigée en 2008 à Peyriac Minervois lui rend hommage. Elle est devenu depuis un lieu de rassemblement pacifiste incontournable.

Elle a fait connaître un peu plus ce militant pacifiste au-delà du Minervois et de l’Aude. Au point qu'une délégation des élus de la communauté urbaine d’Arras voulurent rencontrer la famille Barthas et l’association éponyme avant de réaliser leur monument à Neuville Saint Vaast.

Ce monument des fraternités est maintenant devenu réalité sur l’emplacement même de la tranchée du Moulin Rouge de Tellus, théâtre de combats particulièrement meurtriers.

Il se caractérise par sa sobriété avec une grande allée qui symbolise la sortie d’une tranchée et des silhouettes translucides représentants des soldats en pleine fraternisation.

L’inauguration de ce mémorial a eu lieu le 17 décembre en présence de François Hollande , accompagné de nombreuses personnalités y compris des représentants des pays impliqués dans le conflit 14-18.

Dans le contexte politique du moment des préoccupations plus politiciennes ont transpirées dans les différents discours comme l’ont relevées plusieurs médias.

Pour nous retenons surtout que les propos du Chef de l’Etat, dans ces circonstances particulières valent reconnaissance officielle de la nation pour ces « actes de paix en temps de guerre entre soldats ennemis »

Espérant qu’une même reconnaissance s’appliquera un jour prochain aux fusillés pour l’exemple.

Jacques Obriet

(1)Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 Edition « La Découverte »
Scènes de fraternisations durant la Grande Guerre
Scènes de fraternisations durant la Grande Guerre
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :